lézard

Lézard américain : l’évolution est en marche

La vie des lézards américains n’est pas de tout repos depuis les années 1930. C’est en effet à cette époque que les fourmis de feu ont été introduites aux USA par le biais de marchandises en provenance du Brésil. Ces fourmis particulièrement agressives sont pourvues d’un venin toxique suffisamment dangereux pour tuer de petits animaux…

En savoir plus

La prédation cannibale des lézards taïwanais

A Taïwan, plus précisément dans l’île des Orchidées, les lézards ont trouvé LA parade ultime contre la prédation : le cannibalisme. Quand la menace prédatrice est trop élevée, la femelle mange ses propres oeufs. Hey, pas cons les lézards asiatiques : « Perdus pour perdus, autant que ça me profite à moi ». De la nourriture en moins pour…

En savoir plus

Komodo, le dernier dinosaure

denver le dernier dinosaureOui, j’ai bien dit Komodo, et pas Denver. Et contrairement à Denver, le Dragon de Komodo n’est pas un gentil dinosaure. Attendez-vous à frémir d’angoisse !

Prenez un lézard de nos contrées. Faites-le grandir et grossir, de manière à obtenir un bestiau de 3 mètres de long et d’environ 160 kg. Ajoutez lui des griffes impressionnantes, une mâchoire de 60 dents digne d’un T-Rex, et une langue bifide (vous savez, fendue en deux, comme les serpents). Imaginez-le capable de courir à 30km/h, de grimper aux arbres et de nager. Vous avez la terrifiante image en tête ? Si vous n’y arrivez pas, je vais vous aider. Pas avec un dessin non, mais avec des photos, et une vidéo. Car le Dragon de Komodo existe bel et bien.

En savoir plus

Vipère à cornes : la ruse du serpent sauteur

vipere-a-corne.jpgCe serpent chasse à l’affût, et se sert d’un appât pour attirer la proie de sa proie !

Connaissez-vous la vipère à cornes ? Non, bande de galopins, ce n’est pas un serpent cocu[1]. Cette vipère, qui vit en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, doit son nom à deux écailles redressées au niveau de ses yeux (comme vous pouvez le voir sur la photo).

Ce serpent a un mode de déplacement assez curieux : il évolue latéralement, comme un crabe. Vous vous en doutez, ce n’est pas parce qu’il trouve la démarche plus sexy. En fait, cela lui évite juste de mourir de chaud. Petit rappel pour ceux qui regardaient à la fenêtre pendant les cours de bio : le serpent est un animal à sang froid, bien que le terme soit relativement impropre. Cela signifie que sa température interne n’est pas stable : elle est directement influencée par la température extérieure. De quoi carboniser, dans le désert africain qui avoisine régulièrement les 50°C. Le problème de la vipère à cornes, ce n’est donc pas le sang froid, mais le sang chaud, très chaud. Ce déplacement latéral lui évite un contact constant d’une partie de son corps avec le sable brûlant.

Notes

[1] Comme dirait Coluche : votre mari vous fait cocu ? Vous avez de la chance, moi il me fait partout.

En savoir plus