Accueil » Planète » Le 4×4 et la pollution

Le 4×4 et la pollution

Le 4×4 et la pollution

A Paris, des commandos anti 4×4 dégonflent les pneus de ces mastodontes, puis déposent un petit tract explicatif sur le pare brise. La raison : un 4×4, ça consomme énormément. Et donc, ça pollue, et beaucoup.

Cette action vaut ce qu’elle vaut, mais elle aura au moins le mérite de faire parler d’elle. Car sur le fond, ces commandos ont raison.

Tristan Nitot, très sensibilisé par ce problème, nous fait part de cette nouvelle et prévient qu’il publiera prochainement un billet avec des astuces concrètes pour lutter contre la pollution.

Je vais prendre les devants :

  • premièrement, s’équiper d’une voiture à consommation modérée. S’il faut le rappeler, la combustion de carburant dégage du gaz carbonique qui réchauffe la planète. Rappelons également qu’une voiture en marche rejette de l’oxyde d’azote qui produit, en réaction avec les rayons du soleil, de l’ozone (les « pics d’ozone », en été). Cet ozone est nocif, contrairement à l’ozone de haute altitude qui nous protège du soleil. Très oxydant, Il gène la respiration de la faune (donc la nôtre) et la photosynthèse de la flore.
  • limiter au maximum l’utilisation de la climatisation. Celle-ci augmente considérablement la consommation de la voiture (jusqu’à 30% !). De plus, la chaleur extraite de la voiture est diffusée à l’extérieur, mais à plus forte dose (selon le second principe de la dynamique, chaque calorie extraite nécessite l’éjection dans l’atmosphère de plusieurs calories supplémentaires).
  • respecter les limitations de vitesse. Eh oui. Rouler plus vite reviens à consommer plus. En respectant les limitations, vous respectez également l’environnement, vous diminuez le risque d’attraper une grosse amende ainsi que celui de périr dans un accident de voiture. Rien que ça. Ca vaut bien un pied plus léger non ?
  • limiter, tout simplement, l’utilisation de la voiture en utilisant les transports en commun, en développant des relations de covoiturage, en allant faire ses courses à pied dans les commerces de proximité s’il y en a.

Dites vous bien que de toute façon, il faudra bien passer par là à un moment ou un autre, car les ressources de pétrole seront bientôt à sec… Si le marché de la voiture venait à diminuer suite à la prise de conscience de la population, combien pariez-vous que les constructeurs mulplieront la production de véhicules de plus en plus propres et communiqueront sur celles-ci, et non sur les plus puissantes… ?

Si vous êtes intéressé par l’avenir de notre planète, lisez les Chroniques du ciel et de la vie, d’Hubert Reeves, que j’ai à côté de moi en ce moment-même (le livre, pas Hubert…)

Partager cet article merveilleux à votre communauté !

Pour ne rater aucune de nos publications,
inscrivez-vous à notre newsletter

tristique mattis leo. fringilla neque. Aliquam ipsum ultricies risus.