Accueil » Animaux » La biodiversité est bonne pour la santé

La biodiversité est bonne pour la santé

La biodiversité est bonne pour la santé

Vous n’êtes pas sans savoir que la biodiversité est mise à mal par nos petites activités humaines. Et pourtant, c’est une richesse indéniable. Bien des avancées, technique ou médicale, sont dues à l’étude des êtres vivants et de l’ingéniosité de la nature. Bien d’autres attendent encore d’être inventés. Malheureusement, beaucoup ne pourront jamais voir le jour car de trop nombreuses espèces animales et végétales disparaissent avant d’être découvertes ou étudiées.

Voici quelques exemples de maladies que la biodiversité pourrait ou aurait pu contribuer à soigner :

Ulcère gastroduodénal

GrenouilleDes grenouilles de la forêt vierge australienne, découvertes dans les années 80, incubaient leurs œufs dans leur estomac. Les têtards produisaient une substance inhibitrice empêchant la création des enzymes et acides qui les auraient digérés. Substance qui aurait pu mener à un traitement si cette espèce n’avait disparu.

Diabète, obésité, ostéoporos

Ours des PyrénéesCertains ours régénèrent leurs os pendant l’hibernation. Ils produisent des substances capables d’inhiber les cellules qui fragilisent les os et de favoriser la fabrication de cellules osseuses et cartilagineuses : autant pour le traitement de l’ostéoporose. L’étude de l’hibernation des ours pourrait également permettre de traiter le diabète et l’obésité. Aujourd’hui, 6 espèces d’ours sont menacées d’extinction.

Alzheimer, épilepsie, dépression

GinkgoCertains gymnospermes (parmi les végétaux les plus vieux du monde) pourraient servir à traiter l’épilepsie et la dépression. Le Ginkgo, espèce végétale endémique à la Chine, produit une substance qui pourrait aider à lutter contre la perte de mémoire. Il ne pousse quasiment plus à l’état naturel mais est heureusement très utilisé dans les parcs.

Analgésique, Parkinson, incontinence urinaire, arythmie cardiaque

ConidaeLes Conidae, une famille de mollusques, produisent des dizaines de milliers de peptides potentiellement utiles à la médecine (seuls quelques centaines ont été étudiés). L’un est un analgésique mille fois plus puissant que la morphine. D’autres pourraient aider à soigner la maladie de Parkinson, Alzheimer, l’incontinence urinaire ou l’arythmie cardiaque. Aujourd’hui, une grande partie de l’habitat des Conidae est menacé.

Cancer, mucoviscidose, cécité

RequinL’étude des substances produites par les requins pourraient aider à traiter ces maladies. Mais ils sont gravement menacés, notamment à cause des massacres dont ils sont victimes de part le monde.

Anti-bactérien, SIDA, cancer, méningite

LimuleLe sang de la limule, animal marin et véritable fossile vivant n’ayant pas évolué depuis plus de 500 millions d’années, contient des peptides prometteurs pour soigner ces maladies. Les limules ont été gravement menacés d’extinction car longtemps utilisés comme engrais. Mais ils sont à présent protégés grâce à ces découvertes.

Pour plus d’informations, voir l’article de l’UNEP : La perte de la biodiversité- Nuira à votre santé ou lisez le rapport Sustaining Life [1]

Notes

[1] « Sustaining Life: How Human Health Depends on Biodiversity » est publié par Oxford University Press, prix 34.95$

Partager cet article merveilleux à votre communauté !

Pour ne rater aucune de nos publications,
inscrivez-vous à notre newsletter

venenatis, felis sit luctus leo. Aenean et, elementum nec ut