Accueil » Animaux » Dragon de Komodo, le dernier dinosaure

Dragon de Komodo, le dernier dinosaure

Dragon de Komodo, le dernier dinosaure

Certes, le dragon de Komodo n’est pas un dinosaure, mais il en a tout l’air. Attendez-vous à frémir d’angoisse !

Prenez un lézard de nos contrées. Faites-le grandir et grossir, de manière à obtenir un bestiau de 3 mètres de long et d’environ 160 kg. Ajoutez lui des griffes impressionnantes, une mâchoire de 60 dents digne d’un T-Rex, et une langue bifide (vous savez, fendue en deux, comme les serpents). Imaginez-le capable de courir à 30km/h, de grimper aux arbres et de nager. Vous avez la terrifiante image en tête ? Si vous n’y arrivez pas, je vais vous aider. Pas avec un dessin non, mais avec des photos et une vidéo. Car le dragon de Komodo existe bel et bien.

dragon de Komodo au soleil

Mignon, non ?

Ce varan, qui dispute la place de plus gros reptile vivant avec le varan-crocodile, n’est connu des occidentaux que depuis le début de 20e siècle, lorsque deux pêcheurs de perles néerlandais sont tombés face à face avec l’un de ces monstres. Pour faire de même, il vous faudra voyager en Indonésie, sur 3 îles exactement : Komodo, Rinca et Florès.

Depuis 140 millions d’années, le dragon de Komodo règne sur ces îles, ainsi que celle de Padar où il a disparu suite au braconnage de ses proies. Oui, vous vous doutez bien qu’un reptile n’atteint pas cette taille impressionnante en se goinfrant d’insectes. Non, il s’agit d’un terrible carnivore, capable d’engloutir des sangliers, des buffles et de cerfs.

Le Dragon de Komodo, prédateur implacable

Il chasse essentiellement à l’affut, se jetant sur sa proie au dernier moment et lui brisant la colonne vertébrale d’un coup de dents énergique. Et si par malchance il rate son coup et que la proie réussit à s’enfuir, celle-ci ne vivra pas longtemps. Une morsure du dragon de Komodo est toujours mortelle. Il n’est pas venimeux, mais presque. En réalité, sa gueule contient tellement de bactéries très virulentes que sa proie miraculée mourra d’infection en quelques jours.

Sur la vidéo ci-dessous, vous verrez des dragons de Komodo s’attaquer à un buffle.

Mais vous n’êtes pas au bout de vos surprises. Figurez-vous que le varan de Komodo est également capable de parthénogénèse, ce qui explique peut-être en partie sa longévité. Qu’est-ce que la parthénogénèse ? Souvenez-vous, j’ai évoqué l’année dernière le cas de cette femelle requin-marteau ayant mis au monde un petit sans avoir été fécondé. Se passer des hommes, voilà qui est le rêve de bien des femmes, n’est-ce pas ? Eh bien notre dragon en est capable. C’est arrivé par deux fois dans des zoos anglais.

Le dragon du Komodo est évidemment une espèce protégée. Il en reste moins de 6000 en vie et un parc national a été créé pour assurer sa protection.

Partager cet article merveilleux à votre communauté !

Pour ne rater aucune de nos publications,
inscrivez-vous à notre newsletter

et, dapibus porta. commodo sem, ante. eget pulvinar Praesent felis leo