Accueil » Animaux » Quand le sage montre la Lune, l’oiseau la regarde

Quand le sage montre la Lune, l’oiseau la regarde

Quand le sage montre la Lune, l’oiseau la regarde

choucas-intelligence-sociale.jpgVous connaissez probablement ce proverbe chinois : « quand le sage montre la Lune, l’idiot regarde le doigt ». C’est aussi le cas de la quasi-totalité du règne animal. Mais pas de certains oiseaux…
Des chercheurs anglais viennent en effet de démontrer qu’un oiseau eurasiatique, le choucas, est capable d’interpréter les regards et gestes humains. C’est une capacité très rare, que les grands singes, nos plus proches cousins, ne maitrisent pas.

Les deux expériences ayant permis cette observation sont les suivantes :

– Un chouca et un homme sont placés face à face. Entre eux, un mets dont l’oiseau raffole. Selon le regard de l’homme (fixe, de biais, s’il se retourne ou s’il ferme les yeux…), l’oiseau mettra plus ou moins de temps à s’approcher de la nourriture.

– Un chouca est mis en présence d’un individu qu’il connait, quelqu’un de familier. Entre eux sont placés deux gobelets, l’un vide et l’autre contenant de la nourriture. Si la personne regarde avec insistance l’oiseau puis le gobelet dissimulant la nourriture, le chouca se dirige plus souvent vers ce dernier. Même chose si l’homme désigne le gobelet du doigt.

L’hypothèse grégaire

Alors pourquoi cet oiseau est-il capable d’interpréter notre comportement alors que des animaux plus proches de nous en sont incapables ? Comprendre la désignation par l’index, c’est une capacité qui n’a été détectée que chez les chiens et les éléphants (pas tous les chiens cependant, ceux que je connais en sont incapables…). Les chiens nous côtoient depuis des milliers d’années et ont été façonnés par nous. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce qu’ils nous comprennent mieux que d’autres. Mais qu’en est-il des éléphants et de oiseaux comme le chouca ? Ce dernier est grégaire, c’est à dire qu’il a tendance à se regrouper en bandes. Pour expliquer ces capacités, les scientifiques utilisent donc l’hypothèse du cerveau social. Le fait de vivre en sociétés plus ou moins structurées incite les individus à mieux se comprendre, et donc à s’analyser en décryptant les comportements.

Cela dit, les grands singes aussi vivent en groupes, l’explication par le grégarisme n’est donc pas suffisante. Un autre point intéressant est la reproduction des choucas : ils sont en effet fidèles à vie à leur partenaire. Tout comme les perroquets, eux-même réputés pour leur intelligence. De là à penser que la fidélité dans le couple favorise la compréhension de l’autre et donc l’intelligence sociale, il n’y a qu’un pas. Après tout, c’est un comportement qu’un seul grand singe a adopté : l’humain.

Ce n’est pas la première fois que je parle ici de l’intelligence aviaire, et certainement pas la dernière. Si cela vous intéresse, lisez donc les articles suivants :

Sources :

Partager cet article merveilleux à votre communauté !

Pour ne rater aucune de nos publications,
inscrivez-vous à notre newsletter

Sed elit. dolor. pulvinar eleifend efficitur.